Les gens heureux lisent et boivent du café.

11:47


Aujourd'hui, petit article littérature, j'avais envie de partager avec vous un excellent roman que je viens de terminer. Il faisait partie des quelques livres qui m'attendaient au pied du sapin à Noël. Il s'agit de: Les gens heureux lisent et boivent du café, de Agnès Martin Lugand. J'avais entendu parler de ce bouquin plusieurs fois, et il me tentait vraiment, mais encore une fois, comme tout livre dans lequel je place des attentes, j'ai mis un peu de temps à le lire. Je ne me suis pas jetée dessus, je lui ai tourné autour quelques temps. Il a pris place à plusieurs endroits successifs chez moi, toujours à portée d'oeil, toujours à me tenter. J'ai fini par me décider à le lire hier, et je l'ai fini aujourd'hui.
A chaque fois que je termine un bon livre (à mes yeux), il y a toujours cette envie dévorante d'écrire moi aussi qui me saisit. Quelques mots imprimés noir sur blanc peuvent me plonger dans des abîmes de sentiments, tous plus complexes les uns que les autres, et je ressens un besoin irrésistible de me débarrasser de tout ça en les partageant à mon tour avec une feuille blanche. Mais, nous ne sommes pas ici pour faire l'inventaire des mes états d'âme post-lecture, mais pour parler du dernier bouquin en date qui m'a mise face à moi même.
Ce que nous en dit le résumé:
Diane a perdu brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l'exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Egarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l'existence. C'est peut-être en foulant la terre d'Irlande, où elle s'exile, qu'elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

Ce livre a été écrit par une psychologue clinicienne, Agnès Martin-Lugand. C'est surement ce qui m'a attiré le plus dans ce livre d'ailleurs.
J'aime les histoires douloureuses. C'est plus fort que moi, je suis attirée par l'expression de la tristesse et de sa douleur. Le livre commence par une citation de Freud, à propos du deuil, "Deuil et Mélancolie" dans Métapsychologie. "Nous comptons bien qu'il sera surmonté après un certain laps de temps, et nous considérons qu'il sera inopportun et même nuisible de le perturber". Au premier abord l'histoire n'est pas joyeuse, mais c'est une histoire touchante que celle de cette femme, Diane, qui après avoir perdu sa raison de vivre, se retrouve à subir chaque jour l'épreuve de survivre malgré tout. Cette femme enfermée dans son passé, ne vivant qu'à travers des souvenirs, se retrouve un jour prise de l'envie de fuir pour tenter de revivre. On s'attache à cette femme, on partage sa douleur, et on retrouve avec elle l'envie de se battre. Au fil de l'histoire, on ne s'attarde pas sur des détails sans importance. L'auteur va droit au but, on sait où elle veut nous emmener, mais ce qui est intéressant c'est de voir comment. J'aime la façon dont ses mots font ressortir les choses, simplement, sans fioriture.
Je mettrais un bémol sur les autres personnages de l'histoire (je n'en parle pas plus je ne veux pas gâcher le plaisir de quiconque), que j'ai trouvé un peu caricaturés pour certains, ce qui donnera quand même un petit côté cliché à l'histoire. Je déplore aussi un peu que l'on n'ai pas plus creusé le côté lectrice de Diane, qui s'arme d'une montagne de livres pour s'épauler dans son épreuve, et qu'on ne voit jamais s'appuyer sur eux.
En bref, c'est l'histoire d'une femme qui affronte les épreuves de la vie, et qui essaye de s'en sortir. C'est une histoire tragique, mais qui pourrait arriver à n'importe qui, à vous, à moi. C'est une histoire qui nous apprends que le temps guérit les blessures, qu'il en ouvre d'autres par dessus, qui seront à leur tour guéries par le temps. C'est une histoire d'espoir.

Je vous conseille fortement de lire ce livre, il n'est pas très gros, il se lit facilement. Si vous l'avez lu, n'hésitez pas à me donner votre avis! Sinon vous pouvez aussi partager votre lecture ou votre coup de coeur du moment!


:: Des bisous

You Might Also Like

0 commentaires